POEM LA FONTAINE AN MORISIEN

Rerakonte par Dev Virahsawmy

©DEV VIRAHSAWMY FOUNDATION
The Management Company of the Foundation is OCORIAN, 6th Floor, Tower A, 1 Cybercity, Ebène, Mauritius.


Tex sours: The Project Gutenberg EBook of Fables de La Fontaine, by Jean de La Fontaine

LA CIGALE ET LA FOURMI

La cigale, ayant chanté
Tout l’été,
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue.
Pas un seul petit morceau
De mouche ou de vermisseau
Elle alla crier famine
Chez la fourmi sa voisine,
La priant de lui prêter
Quelque grain pour subsister
Jusqu’à la saison nouvelle
«Je vous paierai, lui dit-elle,
Avant l’oût, foi d’animal,
Intérêt et principal.»
La fourmi n’est pas prêteuse;
C’est là son moindre défaut.
«Que faisiez-vous au temps chaud?
Dit-elle à cette emprunteuse.
–Nuit et jour à tout venant
Je chantais, ne vous déplaise.
–Vous chantiez? j’en suis fort aise.
Eh bien: dansez maintenant.»

SIGAL EK FOURMI

Sigal la ti’enn gran nachannya,
exper diwana, mastana.
Me kan rafal koumans soufle
lerla li mazinn gardmanze.
Li bord kot fourmi, so vwazinn
pou pran prete enn pake minn.
Fourmi ti balans so bidze;
enposib donn manze prete.

“Ki to finn fer ar to pitay?”

“Mo finn depans tou lor daway!”

“Kan fer botan to soul bontan?
Dan move tan chombo lelan.”

LE CORBEAU ET LE RENARD

Maître corbeau, sur un arbre perché
Tenait en son bec un fromage.
Maître renard par l’odeur alléché
Lui tint à peu près ce langage:
«Hé! bonjour Monsieur du Corbeau
Que vous êtes joli! que vous me semblez beau!
Sans mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage
Vous êtes le phénix des hôtes de ces bois»
A ces mots le corbeau ne se sent pas de joie
Et pour montrer sa belle voix
Il ouvre un large bec laisse tomber sa proie.
Le renard s’en saisit et dit: «Mon bon Monsieur
Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l’écoute:
Cette leçon vaut bien un fromage sans doute.»
Le corbeau honteux et confus
Jura mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus.

KORBO EK RENAR

Madam Korbo lor brans tini
gro bout laviann dan so labous.
Laviann segnan donn lapeti;
Misie Renar vinn rod enn kous.
“Madam Korbo, ou ki zoli!
Si ou lavwa osi zoli,
oumem isi Matahari.
Lady Gaga gagn tarrtarri!”
Madam Korbo, kouma tekwa
santi leker pe eklate
ar extraordiner lazwa,
ouver so bek pou li montre
son veloute dan so lavwa.
Ayaya bap! Laviann dan zar
tom direk dan lagel renar.

LA GRENOUILLE QUI VEUT SE FAIRE AUSSI GROSSE QUE LE BOEUF

Une grenouille vit un boeuf
Qui lui sembla de belle taille.
Elle, qui n’était pas grosse en tout comme un oeuf,
Envieuse, s’étend, et s’enfle et se travaille,
Pour égaler l’animal en grosseur,
Disant: «Regardez bien, ma soeur;
Est-ce assez? dites-moi: n’y suis-je point encore?
Nenni.–M’y voici donc?–Point du tout.–M’y voilà?
–Vous n’en approchez point.» La chétive pécore
S’enfla si bien qu’elle creva. Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages.
Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs,
Tout prince a des ambassadeurs,
Tout marquis veut avoir des pages.

KRAPO KI ROD VINN BEF

Enn krapo dan marekaz
get enn bef dan patiraz.
“So grander enpresionan.
Mo ‘si mo’ena mem talan.”
Li koumans ranpli poumon,
dimann lezot reaksion.
Reaksion bien negatif;
krapo bizen plis aktif.
Li double, trible zefor;
malgre zefor, so lekor
res krapo pa’le vinn gro
ziska ki li vinn zero.
Kan rod fer kouma lezot,
souvan nou zis kas nou kot.

LES DEUX MULETS

Deux mulets cheminaient, l’un d’avoine chargé,
L’autre portant l’argent de la gabelle.
Celui-ci, glorieux d’une charge si belle,
N’eût voulu pour beaucoup en être soulagé.
Il marchait d’un pas relevé,
Et faisait sonner sa sonnette:
Quand, l’ennemi se présentant,
Comme il en voulait à l’argent,
Sur le mulet du fisc une troupe se jette,
Le saisit au frein et l’arrête.
Le mulet, en se défendant,
Se sent percé de coups; il gémit, il soupire.
«Est-ce donc là, dit-il, ce qu’on m’avait promis?
Ce mulet qui me suit du danger se retire;
Et moi j’y tombe et je péris!
–Ami, lui dit son camarade,
Il n’est pas toujours bon d’avoir un haut emploi:
Si tu n’avais servi qu’un meunier, comme moi,
Tu ne serais pas si malade.»

DE BOURIK

De bourik ti lor mision:
enn ti sarye sak pounak,
lot ti sarye kes fizon
pou manejer Mister Jak.
Pa bizen dir ki bourik
ki travay pou maha-met
ti pe servi boukou trik
pou fer lotla gagn latet.
Pou montre so lenportans
li sakouy-sakouy laans,
fer lamone sant romans
ki tande mem dan distans.
Malsans! Malsans! Bann brigan
ler zot tann tapaz larzan
fons drwat lor bourik risar,
pa pran kont bourik katar
ki retourn kot so patron
sak pounak lor so ledo.
Bourik ki sarye fizon
ti fini lor so ledo.

LE LOUP ET LE CHIEN

Un loup n’avait que les os et la peau,
Tant les chiens faisaient bonne garde.
Ce loup rencontre un dogue aussi puissant que beau,
Gras, poli, qui s’était fourvoyé par mégarde.
L’attaquer, le mettre en quartiers,
Sire loup l’eût fait volontiers;
Mais il fallait livrer bataille,
Et le mâtin était de taille
A se défendre hardiment.
Le loup donc, l’aborde humblement,
Entre en propos, et lui fait compliment
Sur son embonpoint, qu’il admire.
«Il ne tiendra qu’à vous, beau sire,
D’être aussi gras que moi, lui répartit le chien.
Quittez les bois, vous ferez bien:
Vos pareils y sont misérables,
Cancres, hères, et pauvres diables,
Dont la condition est de mourir de faim.
Car quoi? rien d’assuré; point de franche lippée;
Tout à la pointe de l’épée.
Suivez moi, vous aurez un bien meilleur destin.»
Le loup reprit: «Que me faudra-t-il faire?
–Presque rien, dit le chien: donner la chasse aux gens
Portant bâtons et mendiants;
Flatter ceux du logis, à son maître complaire:
Moyennant quoi votre salaire
Sera force reliefs de toutes les façons:
Os de poulets, os de pigeons,
Sans parler de mainte caresse.»
Le loup déjà se forge une félicité
Qui le fait pleurer de tendresse
Chemin faisant, il vit le cou du chien pelé.
«Qu’est-ce là? lui dit-il.–Rien.–Quoi? rien?–Peu de chose.
–Mais encor?–Le collier dont je suis attaché
De ce que vous voyez est peut-être la cause.
–Attaché? dit le loup: vous ne courez donc pas
Où vous voulez?–Pas toujours; mais qu’importe?
–Il importe si bien, que de tous vos repas
Je ne veux en aucune sorte,
Et ne voudrais pas même à ce prix un trésor.»
Cela dit, maître loup s’enfuit, et court encor.

LOULOU EK LISIEN
Enn loulou lapo-lezo
ki pe viv zis ar dilo
akoz bann gardien lakour
anpes li vinn fer letour
pou rod enn bouse manze
dan lanklo, dan poulaye.
Enn zour li zwenn Labrador
ki ti pe trenn andeor.
Li ti anvi sot lor li,
desir li ar lapeti.
Ler li get so gabari
li koumans gagn tarrtarri.
Sel sime se pas siro,
fer li rant dan so pano.
Li felisit Labrador
pou so kostim Kristiandior,
so bataz zoro-rambo,
so bote kokoriko.
Labrador ti sagren li,
so demars zans Somali.
Li dir li pa pran traka;
fasil dres so douniya.
“Vinn ar mwa okip Grannkour;
loze, nouri san detour.
Zis bizen farous foser,
fer roderdeler gagn per.”
Loulou ti bien exite.
Lavi san difikilte!
Me lor sime paradi
li ti remark enn dibri:
pwal otour likou lisien
kraz-kraze, pa ti dan bien.

  • “Ki ariv pwal to likou?
    Zot fay-fay, nek pe kaskou?”
  • “Pa grav sa! Akoz kolie
    ki servi pou atase,
    pwal souvan derasine,
    likou parfwa bles-blese.”

Akoz enn bouse manze
bizen bliye liberte?
Loulou prefer sanz mouyaz.
Vomie kraz ki esklavaz!

LA GÉNISSE, LA CHÈVRE ET LA BREBIS EN SOCIÉTÉ AVEC LE LION

La génisse, la chèvre et leur soeur la brebis,
Avec un fier lion, seigneur du voisinage,
Firent société, dit-on, au temps jadis,
Et mirent en commun le gain et le dommage.
Dans les lacs de la chèvre un cerf se trouva pris.
Vers ses associés aussitôt elle envoie.
Eux venus, le lion par ses ongles compta,
Et dit: «Nous sommes quatre à partager la proie».
Puis, en autant de parts le cerf il dépeça;
Prit pour lui la première en qualité de sire:
«Elle doit être à moi, dit-il, et la raison,
C’est que je m’appelle lion:
A cela l’on n’a rien à dire.
La seconde, par droit, me doit échoir encor:
Ce droit, vous le savez, c’est le droit du plus fort.
Comme le plus vaillant, je prétends la troisième.
Si quelqu’une de vous touche à la quatrième,
Je l’étranglerai tout d’abord.»

ZENIS, KABRI, BREBI EK ZOT PARTNER LION

Zenis, kabri ek brebi
ti mont enn ti konpagni.
Zot ti al dimann Sir Lion
aksepte vinn prezidan.
So profi kouma lapert
partaze san tay so bert
ansam zot ti deside
ar konfians egalite.

Enn zour enn serf malelve
rant dan patiraz prive
ki ti dibien personel
Mamzel Kabri Riyanbel.
Telman kabri ti onet,
olie pran serf pou li net,
li al enform prezidan
nouvo profi sanpoursan.

Lion koumans fer lapartaz,
koup serf an kat leritaz:
premie porsion, meyer bout,
pou prezidan, peyna dout;
deziem porsion pou pli gran,
savedir pou prezidan;
trwaziem porsion pou pli for.
Eski kikenn pa dakor?
Katriyem bout … Ki to dir?
Taler mo vir to figir!

LE RAT DE VILLE ET LE RAT DES CHAMPS

Autrefois le rat des villes
Invita le rat des champs
D’une façon fort civile,
A des reliefs d’ortolans Sur un tapis de Turquie
Le couvert se trouva mis.
Je laisse à penser la vie
Que firent ces deux amis. Le régal fut fort honnête:
Rien ne manquait au festin;
Mais quelqu’un troubla la fête
Pendant qu’ils étaient en train. A la porte de la salle
Ils entendirent du bruit:
Le rat de ville détale,
Son camarade le suit. Le bruit cesse, on se retire:
Rats en campagne aussitôt;
Et le citadin de dire:
«Achevons tout notre rôt. –C’est assez, dit le rustique;
Demain vous viendrez chez moi.
Ce n’est pas que je me pique
De tous vos festins de roi; Mais rien ne vient m’interrompre:
Je mange tout à loisir.
Adieu donc. Fi du plaisir
Que la crainte peut corrompre!»

LERA LAVIL EK LERA BITASION

Sef lera lavil enn zour
ti envit pou enn sezour
lera bitasion jangli,
fer li gout kiltir Porlwi.
Aswar ler festen lor baz
enn tapaz defons baraz.
“Bago bayon!” zot irle,
“Lamor pe rod so dine.”

Ler lape ti revini,
sef lera rod so jangli.
Zot rode, rode partou
me pa trouv so tras ditou.
Anfen dan enn trou bien lwen
zot zwenn li pe bos dan kwen.
“Lamor vant plen nepli la;
nou kontinie tamasa.”

“Non bourzwa, pa kont lor mwa!
Mo prefer retourn kot mwa
parski kot mwa, mo bourzwa,
mo viv senp me san traka.”

LE LOUP ET L’AGNEAU

La raison du plus fort est toujours la meilleure:
Nous l’allons montrer tout à l’heure. Un Agneau se désaltérait
Dans le courant d’une onde pure.
Un loup survient à jeun, qui cherchait aventure,
Et que la faim en ces lieux attirait.
«Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage?
Dit cet animal plein de rage:
Tu seras châtié de ta témérité.
–Sire, répond l’agneau, que Votre Majesté
Ne se mette pas en colère;
Mais plutôt qu’elle considère
Que je me vas désaltérant
Dans le courant,
Plus de vingt pas au-dessous d’Elle;
Et que par conséquent, en aucune façon
Je ne puis troubler sa boisson.
–Tu la troubles, reprit cette bête cruelle;
Et je sais que de moi tu médis l’an passé.
–Comment l’aurais-je fait si je n’étais pas né?
Reprit l’agneau; je tette encor ma mère
–Si ce n’est toi, c’est donc ton frère.
–Je n’en ai point.–C’est donc l’un des tiens;
Car vous ne m’épargnez guère,
Vous, vos bergers et vos chiens.
On me l’a dit: il faut que je me venge.»
Là-dessus, au fond des forêts
Le loup l’emporte et puis le mange,
Sans autre forme de procès.

LOULOU EK ANNYO

Enn annyo ti pe bwar dilo
trankil dan bor enn ti rwiso.
Enn loulou afame borde
pli lao kot toran kime.
Li kler ki loulou pe tir plan
pou masakre enn inosan.

  • “Aret fane move fatra!
    To lev labou, ti bachara!”
  • “Sa pa posib mo gran bourzwa,
    ou, ou lao; mwa, mo anba.”
  • “To rezenbe! Lane pase
    To ti zoure, dir bann foste.”
  • “Enposib, mo pa ti’ankor ne.”
  • “Sirman to ser, to frer ene!”
  • “Mo pa ena ni ser, ni frer.”
  • “To fer palab, to fann rimer!”

San dir plis, li desann lor li;
trap li par so likou, trenn li,
ris li dan bwa pou fer nasta.

Seki for enpoz so lalwa.

LE RENARD ET LA CIGOGNE

Compère le renard se mit un jour en frais,
Et retint à dîner commère la cigogne.
Le régal fut petit et sans beaucoup d’apprêts:
Le galand, pour toute besogne,
Avait un brouet clair: il vivait chichement.
Ce brouet fut par lui servi sur une assiette:
La cigogne au long bec n’en put attraper miette,
Et le drôle eut lapé le tout en un moment.
Pour se venger de cette tromperie,
A quelque temps de là, la cigogne le prie.
«Volontiers, lui dit-il, car avec mes amis,
Je ne fais point cérémonie.»
A l’heure dite, il courut au logis
De la cigogne son hôtesse;
Loua très fort sa politesse;
Trouva le dîner cuit à point:
Bon appétit surtout, renards n’en manquent point.
Il se réjouissait à l’odeur de la viande
Mise en menus morceaux, et qu’il croyait friande.
On servit, pour l’embarrasser,
En un vase à long col et d’étroite embouchure.
Le bec de la cigogne y pouvait bien passer;
Mais le museau du sire était d’autre mesure.
Il lui fallut à jeun retourner au logis,
Honteux comme un renard qu’une poule aurait pris,
Serrant la queue, et portant bas l’oreille. Trompeurs, c’est pour vous que j’écris:
Attendez-vous à la pareille.

RENAR EK SIGOGN
Renar ti kontan fer mesanste,
fer so kamarad dekonserte.
Enn zour li ti envit enn sigogn
vinn kot li pou gout meni Pologn.
Manze la ti extra parfime,
giji narinn ek giji pale.
Pou fer pov sigogn gagn tamasa,
dan enn lasiet plat kouma tawa
li ti servi lasoup spesial
prepare par kwisto Kan Kaval.
Pov sigogn seye mem me abba,
so long bek anpes li gout nana.
Sa swar la sigogn la al dormi
san manze me vanzans dan lespri.
Enn semenn ti tarde pou pase
kan renar ti pou vinn dezene.
Sigogn ti prepar enn pla boulet
ki li ti servi dan gargoulet
likou long ek lagoul mari mens,
ideal pou renar gagn so rens.
Sigogn ar so long bek plen so vant
me renar so lagel roul lor zant.

LE CHÊNE ET LE ROSEAU Le chêne un jour dit au roseau:
«Vous avez bien sujet d’accuser la nature;
Un roitelet pour vous est un pesant fardeau;
Le moindre vent qui d’aventure
Fait rider la face de l’eau,
Vous oblige à baisser la tête.
Cependant que mon front, au Caucase pareil,
Non content d’arrêter les rayons du soleil,
Brave l’effort de la tempête.
Tout vous est aquilon, tout me semble zéphyr.
Encor si vous naissiez à l’abri du feuillage
Dont je couvre le voisinage,
Vous n’auriez pas tant à souffrir:
Je vous défendrai de l’orage;
Mais vous naissez le plus souvent
Sur les humides bords des royaumes du vent.
La nature envers vous me semble bien injuste.
–Votre compassion, lui répondit l’arbuste,
Part d’un bon naturel; mais quittez ce souci:
Les vents me sont moins qu’à vous redoutables;
Je plie, et ne romps pas. Vous avez jusqu’ici
Contre leurs coups épouvantables
Résisté sans courber le dos;
Mais attendons la fin.» Comme il disait ces mots,
Du bout de l’horizon accourt avec furie
Le plus terrible des enfants
Que le nord eût porté jusque là dans ses flancs.
L’arbre tient bon; le roseau plie.
Le vent redouble ses efforts,
Et fait si bien qu’il déracine
Celui de qui la tête au ciel était voisine,
Et dont les pieds touchaient à l’empire des morts.

SENN EK ROZO

Enn gran pie senn mari kosto
enn zour ti pe sikann rozo.
“Mo sagren twa, ti grengale.
Enn ti labriz fer twa kourbe.
Tandik ki mwa mem gran rafal
kan li vini pa bouz enn pwal.”
Lelandime warning klas kat;
siklonn fer bann pie mars kat pat.
Rozo kourbe me pa kase;
redibout ler soley leve.
Parkont pie senn latet anba,
lipie lao, aret zaza.

CONSEIL TENU PAR LES RATS

Un chat, nommé Rodilardus,
Faisait des rats telle déconfiture
Que l’on n’en voyait presque plus,
Tant il en avait mis dedans la sépulture.
Le peu qu’il en restait n’osant quitter son trou
Ne trouvait à manger que le quart de son soûl,
Et Rodilard passait, chez la gent misérable,
Non pour un chat, mais pour un diable.
Or, un jour qu’au haut et au loin
Le galand alla chercher femme,
Pendant tout le sabbat qu’il fit avec sa dame,
Le demeurant des rats tint chapitre en un coin
Sur la nécessité présente.
Dès l’abord, leur doyen, personne fort prudente,
Opina qu’il fallait, et plus tôt que plus tard,
Attacher un grelot au cou de Rodilard;
Qu’ainsi, quand il irait en guerre,
De sa marche avertis, ils s’enfuiraient en terre;
Qu’ils n’y savaient que ce moyen.
Chacun fut de l’avis de Monsieur le Doyen:
Chose ne leur parut à tous plus salutaire.
La difficulté fut d’attacher le grelot.
L’un dit: «Je n’y vas point, je ne suis pas si sot,»
L’autre: «Je ne saurais.» Si bien que sans rien faire
On se quitta. J’ai maints chapitres vus,
Qui pour néant se sont ainsi tenus;
Chapitres, non de rats, mais chapitres de moines,
Voire chapitres de chanoines.

Ne faut-il que délibérer,
La cour en conseillers foisonne;
Est-il besoin d’exécuter,
L’on ne rencontre plus personne.

KISANNLA POU ATAS LAKLOS?

Enn gro matou ki kontrol baz,
ti fer lera perdi fetaz.
Per pou sorti, al mars-marse,
per pou al rod bouse manze,
per pou al rann vizit fami
parski kapav perdi lavi.
“Sanepepasekontinie!
Sanepepasekontinie!”
Enn lera tabardenn ti dir,
“Aret plore! Mo finn konn pir.
Mo ena enn solision senp
pou kas konte matou so tenp.
Met enn laklos dan so likou
ki anons so prezans sak kou.”
Tou bann lera aplodi for.
Aster matou pou zwenn so sor!
Enn vie lera kaser nisa
dimann zot dir li kisannla
pou al atas dan so likou
laklos ki anons gro matou.
“Gran-gran koze bien-bien fasil.
Met anpratik ki difisil.”

LES DEUX TAUREAUX ET UNE GRENOUILLE

Deux taureaux combattaient à qui posséderait
Une génisse avec l’empire.
Une grenouille en soupirait.
«Qu’avez-vous?» se mit à lui dire
Quelqu’un du peuple croassant.
«Eh! ne voyez-vous pas, dit-elle,
Que la fin de cette querelle
Sera l’exil de l’un; que l’autre, le chassant,
Le fera renoncer aux campagnes fleuries?
Il ne régnera plus sur l’herbe des prairies,
Viendra dans nos marais régner sur nos roseaux;
Et nous foulant aux pieds jusques au fond des eaux,
Tantôt l’une, et puis l’autre, il faudra qu’on pâtisse
Du combat qu’a causé Madame la Génisse.»

Cette crainte était de bon sens.
L’un des taureaux en leur demeure
S’alla cacher, à leurs dépens:
Il en écrasait vingt par heure.
Hélas, on voit que de tout temps
Les petits ont pâti des sottises de grands.

DE TORO EK ENN KRAPO

Ler de toro dan patiraz
bien pre ar enn ti marekaz
pe lager pou kone lekel
pou krwaz ar enn zoli femel,
enn krapo ki pe get fraka
so latet ranpli ar traka.
So vwazen dimann li kifer
li per kan toro pe lager.
“Venker pou res dan patiraz,
perdan pou vinn dan marekaz
e ar so sabo destrikter
li pou fons nou dan profonder.”
Koze ki long! Fini lager,
deswit sabo selibater
dan marekaz fer so ravaz.
Krapo oblize sanz mouyaz.
Kan lelefan koumans lager
Se lerb dan vale ki soufer.

LE LION ET LE MOUCHERON

«Va-t-en, chétif insecte, excrément de la terre»:
C’est en ces mots que le Lion
Parlait un jour au moucheron.
L’autre lui déclara la guerre.
«Penses-tu, lui dit-il, que ton titre de roi
Me fasse peur, ni me soucie?
Un boeuf est plus puissant que toi,
Je le mène à ma fantaisie.»
A peine il achevait ces mots,
Que lui-même il sonna la charge,
Fut la trompette et le héros.
Dans l’abord il se met au large;
Puis prend son temps, fond sur le cou
Du lion, qu’il rend presque fou.
Le quadrupède écume, et son oeil étincelle;
Il rugit; on se cache, on tremble à l’environ:
Et cette alarme universelle
Est l’ouvrage d’un moucheron.
Un avorton de mouche en cent lieux le harcelle:
Tantôt pique l’échine et tantôt le museau.
Tantôt entre au fond du naseau.
La rage alors se trouve à son faîte montée.
L’invisible ennemi triomphe, et rit de voir
Qu’il n’est griffe ni dent en la bête irritée
Qui de la mettre en sang lui fasse son devoir.
Le malheureux lion se déchire lui-même,
Fait résonner sa queue à l’entour de ses flancs,
Bat l’air, qui n’en peut mais, et sa fureur extrême
Le fatigue, l’abat: le voilà sur les dents.
L’insecte du combat se retire avec gloire:
Comme il sonna la charge, il sonne la victoire,
Va partout l’annoncer, et rencontre en chemin
L’embuscade d’une araignée;
Il y rencontre aussi sa fin.

Quelle chose par là nous peut être enseignée?
J’en vois deux dont l’une est qu’entre nos ennemis
Les plus à craindre sont souvent les plus petits;
L’autre, qu’aux grands périls tel a pu se soustraire,
Qui périt pour la moindre affaire.

LION EK MOUS SARBON

Mous sarbon ti pe fer letour latet
lion ki ti pe sey gagn enn ti somey.
Lerwa zanimo sey pous ti bebet
ki koumans ronfle pre kot so zorey.
“Eta ti fangas, to pou ale mem?
To peyna respe pou pli gran ki twa?”
“Aret fer gran-nwar, touzour lor mem tem!
To kwar mo tro per akoz to lerwa?”
Lerla li ogmant volim so tronpet,
fons lor lekor lion, pik li lor so vant,
pik li lor ledo, al kot so latet,
pik so gro nene, al kot so bavant,
mord lapo touni. Kouma araze,
lion fwet so lake, fer limem dimal;
avoy so lapat, grif so prop lizie;
servi so ledan – ala zafer sal –
tir so prop disan. Li dimann lape.
Mous sarbon venker kriye laviktwar;
li perdi kontrol – li tro exite.
Li fer so fanor, li fer so gran-nwar,
fons drwat dan file latwal zaregne.

L’ÂNE CHARGÉ D’ÉPONGES ET L’ÂNE CHARGÉ DE SEL

Un ânier, son sceptre à la main,
Menait, en empereur romain,
Deux coursiers à longues oreilles.
L’un, d’éponges chargé, marchait comme un courrier;
Et l’autre, se faisant prier,
Portait, comme on dit, les bouteilles:
Sa charge était de sel. Nos gaillards pèlerins
Par monts, par vaux et par chemins,
Au gué d’une rivière à la fin arrivèrent,
Et fort empêchés se trouvèrent.
L’ânier, qui tous les jours traversait ce gué là,
Sur l’âne à l’éponge monta,
Chassant devant lui l’autre bête,
Qui, voulant en faire à sa tête,
Dans un trou se précipita,
Revint sur l’eau, puis échappa;
Car au bout de quelques nagées,
Tout son sel se fondit si bien
Que le baudet ne sentit rien
Sur ses épaules soulagées.
Camarade épongier prit exemple sur lui,
Comme un mouton qui va devant dessus la foi d’autrui.
Voilà mon âne à l’eau; jusqu’au col il se plonge,
Lui le conducteur et l’éponge.
Tous trois burent d’autant: l’ânier et le grison
Firent à l’éponge raison.
Celle-ci devint si pesante,
Et de tant d’eau s’emplit d’abord,
Que l’âne succombant ne put gagner le bord.
L’ânier l’embrassait, dans l’attente
D’une prompte et certaine mort.
Quelqu’un vint au secours: qui ce fut, il n’importe;
C’est assez qu’on ait vu par là qu’il ne faut point
Agir chacun de même sorte.
J’en voulais venir à ce point.

BOURIK SARYE LEPONZ, BOURIK SARYE DISEL

Enn propriyeter bourik
ti pe fer so de bourik
sarye marsandiz pou li
pou livre bann ti komi.
Enn ti sarye bal leponz

leponz pa vedir fey sonz –
lot ti sarye bal disel

pou sarye sa bizen fiel.
Zot ti ena pou travers
larivier Liladepers
ki ti vinn enpe violan
lelandime movetan.
Porter disel rant premie,
li ti bien konn so sime;
porter leponz fer so senn,
lagel longer lasemenn.
Propriyeter de porter
mont lor ledo nam dramer
pou fors li swiv lotla la,
aret fer katakata.
Me malsans bourik divan
glise, rant dan trou galan.
Ler li naze, mont lao
disel ti fonn dan dilo;
lor ledo napeyna pwa.
Li sante, bouz so waya.
Ler deziem bourik al kwar
ki plonzon amenn lespwar,
li plonz net dan dilo fon
pou fer fardo ek patron
fonn kouma enn bal disel
e fini ar lagratel.
Pov bourik pa ti kone
seki tou dimoun kone:
kan plonz leponz dan dilo,
li vinn lour e li vinn gro.
Fardo ris li net dan fon
ziska li tas dan gomon.

LE LION ET LE RAT

Il faut, autant qu’on peut, obliger tout le monde:
On a souvent besoin d’un plus petit que soi.
De cette vérité deux fables feront foi,
Tant la chose en preuves abonde.

Entre les pattes d’un lion
Un rat sortit de terre assez à l’étourdie.
Le roi des animaux, en cette occasion,
Montra ce qu’il était et lui donna la vie.
Ce bienfait ne fut pas perdu.
Quelqu’un aurait-il jamais cru
Qu’un lion d’un rat eût affaire?
Cependant il advint qu’au sortir des forêts
Ce lion fut pris dans des rets,
Dont ses rugissements ne le purent défaire.
Sire rat accourut et fit tant par ses dents
Qu’une maille rongée emporta tout l’ouvrage.

Patience et longueur de temps
Font plus que force ni que rage.

LION EK LERA

Enn lion ki ti pe repoze
santi mouvman anba lapat.
Li ouver lizie pou gete
ki sa fatra ki pe rod kat.
Lera dir lerwa eskize
li’nn rant laba par aksidan.
“Pa kwar segner mo’nn fer expre;
mo ti pe rod mo bann zanfan.”
Lerwa lion ti les li ale
pou li okip so bann zanfan.

Enn zour ler li ti pe lasas
lion la ti tom dan enn latrap.
File saser – ayo fay ras! –
plis li bouze ser li doupdap.
Plis li seye, plis li maye.
Koler, sagren kriy dezespwar.
Mama lera tann li kriye,
dir so zanfan fer zot devwar.
Lafami net fer enn louvraz,
ed lerwa lion retourn lakaz.

LA COLOMBE ET LA FOURMI
L’autre exemple est tiré d’animaux plus petits.

Le long d’un clair ruisseau buvait une colombe,
Quand sur l’eau se penchant une fourmi y tombe,
Et dans cet océan l’on eût vu la fourmi
S’efforcer, mais en vain, de regagner la rive.
La colombe aussitôt usa de charité:
Un brin d’herbe dans l’eau par elle étant jeté,
Ce fut un promontoire où la fourmi arrive.
Elle se sauve; et là-dessus
Passe un certain croquant qui marchait les pieds nus.
Ce croquant, par hasard, avait une arbalète.
Dès qu’il voit l’oiseau de Vénus,
Il le croit en son pot, et déjà lui fait fête.
Tandis qu’à le tuer mon villageois s’apprête,
La fourmi le pique au talon.
Le vilain retourne la tête:
La colombe l’entend, part et tire de long.
Le soupé du croquant avec elle s’envole:
Point de pigeon pour une obole.

KOLOM EK FOURMI

Enn kolom ti pe bwar dilo
dan bor rwiso Rivier Koko.
Ler li verse ki li trouve?
Enn zenn fourmi pre pou nwaye.
Dousman li avoy enn fey tann,
rado pou tir li dan toufann.
Fourmi ti sot lor so sover,
rame ziska li tous later.

Anmemtan enn saser pieni,
deryer enn pie, ar so fizi
ti pe vize pou touy kolom

enn bon gajak al bien ar rom.
Fourmi fonse, pik so lipie.
Ler li kriye “Ayo bondie!”
kolom gete, konpran danze,
bat so lezel. Saser forse
manz bred touni, satini kri,
diri, kari san gou kavchi.

LE LIÈVRE ET LES GRENOUILLES

Un lièvre en son gîte songeait
(Car que faire en un gîte, à moins que l’on ne songe?);

Dans un profond ennui ce lièvre se plongeait:
Cet animal est triste, et la crainte le ronge.
«Les gens de naturel peureux
Sont, disait-il, bien malheureux;
Ils ne sauraient manger morceau qui leur profite,
Jamais un plaisir pur, toujours assauts divers.
Voilà comme je vis: cette crainte maudite
M’empêche de dormir, sinon les yeux ouverts.
Corrigez-vous, dira quelque sage cervelle.
Et la peur se corrige-t-elle?
Je crois même qu’en bonne foi
Les hommes ont peur comme moi»
Ainsi raisonnait notre lièvre,
Et cependant faisait le guet.
Il était douteux, inquiet:
Un souffle, une ombre, un rien, tout lui donnait la fièvre.
Le mélancolique animal,
En rêvant à cette matière,
Entend un léger bruit: ce lui fut un signal
Pour s’enfuir devers sa tanière.
Il s’en alla passer sur le bord d’un étang.
Grenouilles aussitôt de sauter dans les ondes,
Grenouilles de rentrer en leurs grottes profondes.
«Oh! dit-il, j’en fais faire autant
Qu’on m’en fait faire! Ma présence
Effraye aussi les gens, je mets l’alarme au camp!
Et d’où me vient cette vaillance?
Comment! des animaux qui tremblent devant moi!
Je suis donc un foudre de guerre?
Il n’est, je le vois bien, si poltron sur la terre
Qui ne puisse trouver un plus poltron que soi.»

YEV EK KRAPO

Ti’ena enn yev mari kapon,
pli ti tapaz mouy so kalson.
Li nepli ti pe viv normal
telman freyer devir bol dal.
Enn zour enn tapaz ordiner
fer li galoup san mil aler.
Ler li pas pre kot enn basen,
tou bann krapo plonz dan rekwen.
Lerla yev la anfen trouv kler
ki lafreyer pa get kouler.
Si li li per lezot nasion,
lezot nasion per so baton.

LE COQ ET LE RENARD

Sur la branche d’un arbre était en sentinelle
Un vieux coq adroit et matois.
«Frère, dit un renard, adoucissant sa voix,
Nous ne sommes plus en querelle:
Paix générale cette fois.
Je viens te l’annoncer, descends, que je t’embrasse.
Ne me retarde point, de grâce;
Je dois faire aujourd’hui vingt postes sans manquer.
Les tiens et toi pouvez vaquer,
Sans nulle crainte, à vos affaires;
Nous vous y servirons en frères.
Faites en les feux dès ce soir,
Et cependant, viens recevoir
Le baiser d’amour fraternelle.
–Ami, reprit le coq, je ne pouvais jamais
Apprendre une plus douce et meilleure nouvelle
Que celle
De cette paix;
Et ce m’est une double joie
De la tenir de toi. Je vois deux lévriers,
Qui, je m’assure, sont courriers
Que pour ce sujet on m’envoie.
Ils vont vite et seront dans un moment à nous
Je descends: nous pourrons nous entre-baiser tous.
–Adieu, dit le renard, ma traite est longue à faire,
Nous nous réjouirons du succès de l’affaire
Une autre fois.» Le galand aussitôt
Tire ses grègues, gagne au haut,
Mal content de son stratagème.
Et notre vieux coq en soi-même
Se mit à rire de sa peur;
Car c’est double plaisir de tromper le trompeur.

KOK EK RENAR

Enn kok latet anba lezel
ti pe prepar somey san fel
kan malen renar bord kot pie
pou anons li dekre lape
ant zanimo tou lorizinn,
ki ou sorti Lenn ou Lasinn.

  • “Sa ki apel enn bon nouvel!
    Nou salie lamour fraternel.”
  • “Desann vit-vit pou anbras mwa.
    Les mo ser twa dan mo lebra!”
  • “Atann enn kou”, kok la dir li,
    “mo trouv laba lisien vini.
    Sirman zot pe anons lape.
    Les zot vini pou selebre
    fraternite iniversel,
    lamour ant later ek lesiel.”

Renar anons enn randevou
ki pa kapav atann ditou.

LE CORBEAU VOULANT IMITER L’AIGLE
L’oiseau de Jupiter enlevant un mouton,
Un corbeau, témoin de l’affaire,
Et plus faible de reins, mais non pas moins glouton,
En voulant sur l’heure autant faire.
Il tourne à l’entour du troupeau,
Marque entre cent moutons le plus gras, le plus beau,
Un vrai mouton de sacrifice:
On l’avait réservé pour la bouche des Dieux.
Gaillard corbeau disait, en le couvant des yeux:
«Je ne sais qui fut ta nourrice;
Mais ton corps me paraît en merveilleux état:
Tu me serviras de pâture»
Sur l’animal bêlant à ces mots il s’abat.
La moutonnière créature
Pesait plus qu’un fromage, outre que sa toison
Était d’une épaisseur extrême,
Et mêlée à peu près de la même façon
Que la barbe de Polyphème.
Elle empêtra si bien les serres du corbeau,
Que le pauvre animal ne put faire retraite.
Le berger vient, le prend, l’encage et beau
Le donne à ses enfants pour servir d’amusette.
Il faut se mesurer; la conséquence est nette:
Mal prend aux volereaux de faire les voleurs.
L’exemple est un dangereux leurre:
Tous les mangeurs de gens ne sont pas grands seigneurs;
Où la guêpe a passé, le moucheron demeure.

L’oiseau de Jupiter enlevant un mouton,
Un corbeau, témoin de l’affaire,
Et plus faible de reins, mais non pas moins glouton,
En voulant sur l’heure autant faire.
Il tourne à l’entour du troupeau,
Marque entre cent moutons le plus gras, le plus beau,
Un vrai mouton de sacrifice:
On l’avait réservé pour la bouche des Dieux.
Gaillard corbeau disait, en le couvant des yeux:
«Je ne sais qui fut ta nourrice;
Mais ton corps me paraît en merveilleux état:
Tu me serviras de pâture»
Sur l’animal bêlant à ces mots il s’abat.
La moutonnière créature
Pesait plus qu’un fromage, outre que sa toison
Était d’une épaisseur extrême,
Et mêlée à peu près de la même façon
Que la barbe de Polyphème.
Elle empêtra si bien les serres du corbeau,
Que le pauvre animal ne put faire retraite.
Le berger vient, le prend, l’encage et beau
Le donne à ses enfants pour servir d’amusette.
Il faut se mesurer; la conséquence est nette:
Mal prend aux volereaux de faire les voleurs.
L’exemple est un dangereux leurre:
Tous les mangeurs de gens ne sont pas grands seigneurs;
Où la guêpe a passé, le moucheron demeure.

KORBO KI IMIT LEG

Korbo ti zalou lafors enn leg
ki kapav desann lor enn troupo
trap annyo dan so grif, mont lao
e pa kwar li soulev zis meg-meg.
Enn zour korbo seye fer parey,
swazir enn annyo blan kotone,
dibout lor so ledo pa gagn fre,
fons lapat dan lalenn pou lev fey.
Annyo blan kotone pa lapay!
Korbo la transpire me abba.
Lev annyo sa bizen kalipa.
Telman li fer zefor, plim vinn fay,
plim grene, korbo la vinn golmal
lor ledo annyo blan kotone.
O komik! Ler gardien arive,
li riye ziska so vant fermal.
Enn korbo anbisie deplime
lor ledo enn annyo kotone!

LE PAON SE PLAIGNANT À JUNON

Le paon se plaignait à Junon.
«Déesse, disait-il, ce n’est pas sans raison
Que je me plains, que je murmure:
Le chant dont vous m’avez fait don
Déplaît à toute la nature;
Au lieu qu’un rossignol, chétive créature,
Forme ses sons aussi doux qu’éclatants,
Est lui seul l’honneur du printemps.»
Junon répondit en colère:
«Oiseau jaloux, et qui devrais te taire,
Est-ce à toi d’envier la voix du rossignol,
Toi que l’on voit porter à l’entour de ton col
Un arc en ciel nué de cent sortes de soies,
Qui te panades, qui déploies
Une si riche queue, et qui semble à nos yeux
La boutique d’un lapidaire?
Est-il quelque oiseau sous les cieux
Plus que toi capable de plaire?
Tout animal n’a pas toutes propriétés.
Nous vous avons donné diverses qualités:
Les uns ont la grandeur et la force en partage;
Le faucon est léger, l’aigle plein de courage;
Le corbeau sert pour le présage;
La corneille avertit des malheurs à venir;
Tous sont contents de leur ramage.
Cesse donc de te plaindre; ou bien, pour te punir,
Je t’ôterai ton plumage.»

PAN ZALOU

Misie pan zame ti satisfe.
Li zalou kan rosignol sante;
kan pizon anvole li groker;
payanke fer li gagn maloker;
peroke ki koze dam so pion;
mem pikpik lor enn fler fer li gon.
Li telman ankoler ki li zour
so bondie, dir li li enn titour.
Bondie la reponn li san tike,
“To’le ki mo tay-tay to lake?
Met to tonken deor pou pran ler,
les lemonn apresie to deryer?
To’le mo ras to plim, ranplas li
ar zoli kostim gri sovsouri?
Olie to kont to malediksion,
fer lalis tou to benediksion!

16.06.10

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.