JACQUES PRÉVERT AN MORISIEN

TEX SOURS: http://lapoesiequejaime.net/prevert.htm
©DEV VIRAHSAWMY FOUNDATION
The Management Company of the Foundation is OCORIAN, 6th Floor, Tower A, 1 Cybercity, Ebène, Mauritius.

BARBARA

Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là
Et tu marchais souriante
Épanouie, ravie, ruisselante
Sous la pluie
Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest
Et je t’ai croisé rue de Siam
Tu souriais
Et moi je souriais de même
Rappelle-toi Barbara
Toi que je ne connaissais pas
Toi qui ne me connaissais pas
Rappelle-toi
Rappelle-toi quand même ce jour-là
N’oublie pas
Un homme sous un porche s’abritait
Et il a crié ton nom
Barbara
Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante, ravie, épanouie
Et tu t’es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara
Et ne m’en veux pas si je te tutoie
Je dis tu à tous ceux que j’aime
Même si je ne les ai vu qu’une seule fois
Je dis tu à tous ceux qui s’aiment
Même si je ne les connais pas
Rappelle-toi Barbara
N’oublie pas
Cette pluie sage et heureuse
Sur ton visage heureux
Sur cette ville heureuse
Cette pluie sur la mer
Sur l’arsenal
Sur le bateau d’Ouessant
Oh Barbara
Quelle connerie la guerre
Qu’es-tu devenue maintenant
Sous cette pluie de fer
De feu d’acier de sang
Et celui qui te serrait dans ses bras
Amoureusement
Est-il mort disparu ou encore vivant
Oh Barbara
Il pleut sans cesse sur Brest
Comme il pleuvait avant
Mais ce n’est plus pareil et tout est abîmé
C’est une pluie de deuil, terrible et désolée
Ce n’est même plus l’orage
De fer d’acier et de sang
Tout simplement des nuages
Qui crèvent comme des chiens
Des chiens qui disparaissent
Au fil de l’eau sur Brest
Et vont pourrir au loin
Au loin, très loin de Brest
Dont il ne reste rien.

BARBARA

To rapel Barbara
Lapli la ti pe tonbe mem sa zour la
E twa ar enn sourir, to ti pe marse,
Erez, dan mangann, tranpe
Kouma kanar dan lapli
To rapel Barbara
Lapli ti pe tonbe mem dan Brest
E nou ti krwaze dan lari Siam
Ayo to zoli sourir
Ti fer mwa sourir
To rapel Barbara
Pourtan mo pa ti konn twa
Pourtan to pa ti konn mwa
To rapel
Rapel sa zour la
Pa bliye
Enn tilom ti pe kasiet lapli
Li ti kriye to nom
Barbara
To ti galoupe, al ver li dan lapli,
Tranpe, dan mangann, erez
To ti sot dan so lebra
To rapel Barbara
To pa mayn mo apel twa twa
Mo servi twa kan mo kontan kikenn
Mem si nou finn zwenn enn sel fwa
Mo servi twa pou tou dimoun ki konn lamour
Mem si mo pa konn zot
Rapel Barbara
Pa bliye
Bon lapli ki aroz boner
Lor to figir bonere
Lor lavil bonere
Lapli lor lamer
Lor santie bato
Lor bato ilwa
Ayo Barbara
Gaspiyaz lager gaspiyaz
Kot to ete zordi
Dan lapli metal
dife lasie disan
Tilom ki ti ser twa dan so lebra
Ar lamour
Kot li mor disparet ankor vivan
Ayo Barbara
Lapli pe tonbe mem dan Brest
Parey kouma sa zour la
Me pa parey dega partou
Lapli larm tris ek trazik
Mempa loraz
Metal lasie disan
Zis bann niaz
Ki mor kouma lisien
Lisien ki disparet
Dan kanal lavil
Al pouri pli lwen
Lwen-lwen depi Brest
Ki finn vinn nahi.

FAMILIALE

La mère fait du tricot
Le fils fait la guerre
Elle trouve ça tout naturel la mère
Et le père qu’est ce qu’il fait le père ?
Il fait des affaires
Sa femme fait du tricot
Son fils fait la guerre
Lui des affaires
Il trouve ça tout naturel le père
Et le fils et le fils
Qu’est ce qu’il trouve le fils ?
Il ne trouve rien absolument rien le fils
Le fils sa mère fait du tricot son père des affaires lui la guerre
Quand il aura fini la guerre
Il fera des affaires avec son père
La guerre continue la mère continue elle tricote
Le père continue il fait des affaires
Le fils est tué il ne continue plus
Le père et la mère vont au cimetière
Ils trouvent ça tout naturel le père et la mère
La vie continue la vie avec le tricot la guerre les affaires
Les affaires la guerre le tricot la guerre
Les affaires les affaires et les affaires
La vie avec le cimetière.

ZAFER FAMI

Mama la trikot-trikote
So garson al pioner
Mama la li panse ki tousa bien-bien normal
Papa la, papa la ki so demars?
Li debrouy-debrouye dan komers
So madam trikot-trikote
So garson al pioner
Li li debrouy-debrouye dan komers
Li panse ki tousa bien-bien normal, papa la
Me garson la, garson la
Ki li panse dan tousa?
Pa ena nanye dan tousa pou garson la
Garson la so mama trikot-trikote so papa
debrouy-debrouye li li al pioner
Kan li pou retourne
Ar so papa li pou debrouy-debrouye
Li ankor deor so mama pe kontinie trikot-trikote
So papa ankor debrouy-debrouye dan komers
Zot finn touy garson la li pa pou retourne
Papa la ek mama la zot al simitier
Tousa bien-bien normal zot panse
Lavi ankor parey dimoun al pioner trikot-trikote debrouy-debrouye
Debrouy-debrouye al pioner trikot-trikote
Debrouy-debrouye kontinie debrouy-debrouye
Lavi ek so simitier

LES FEUILLES MORTES

Oh, je voudrais tant que tu te souviennes,
Des jours heureux quand nous étions amis,
Dans ce temps là, la vie était plus belle,
Et le soleil plus brûlant qu’aujourd’hui.
Les feuilles mortes se ramassent à la pelle,
Tu vois je n’ai pas oublié.
Les feuilles mortes se ramassent à la pelle,
Les souvenirs et les regrets aussi,
Et le vent du nord les emporte,
Dans la nuit froide de l’oubli.
Tu vois, je n’ai pas oublié,
La chanson que tu me chantais…
C’est une chanson, qui nous ressemble,
Toi qui m’aimais, moi qui t’aimais.
Nous vivions, tous les deux ensemble,
Toi qui m’aimais, moi qui t’aimais.
Et la vie sépare ceux qui s’aiment,
Tout doucement, sans faire de bruit.
Et la mer efface sur le sable,
Les pas des amants désunis.
Nous vivions, tous les deux ensemble,
Toi qui m’aimais, moi qui t’aimais.
Et la vie sépare ceux qui s’aiment,
Tout doucement, sans faire de bruit.
Et la mer efface sur le sable,
Les pas des amants désunis…
Les feuilles mortes se ramassent à la pelle,
Les souvenirs et les regrets aussi
Mais mon amour silencieux et fidèle
Sourit toujours et remercie la vie
Je t’aimais tant, tu étais si jolie,
Comment veux-tu que je t’oublie ?
En ce temps-là, la vie était plus belle
Et le soleil plus brûlant qu’aujourd’hui
Tu étais ma plus douce amie
Mais je n’ai que faire des regrets
Et la chanson que tu chantais
Toujours, toujours je l’entendrai!

FEY SEK

Ayo mo priye ki to pa bliye
Lepok ere kan nou de ti kole;
Sa lepok la, bap, lavi ti dan gou
E soley pa ti perdi so kara.
Fey sek ti tale lor later fertil,
Mo pa finn bliye, gate.
Fey sek ti tale lor later fertil,
Ek so souvenir, ek so bann regre
E rafal vini, balie tou ale
Dan desbinn letan, dan pit marenwar.
Mo pa finn bliye, gate,
Sante ki to ti pe sant ar mwa…
Sa ti enn sante ki kol nou ansam,
To ti kontan mwa, mo ti kontan twa.
Nou de nou ti enseparab,
To ti kontan mwa, mo ti kontan twa.
Me lavi kas bag de dimoun senser
Dousma-dousma san fer okenn tapaz.
E bann vag efas bann tras lor disab
Ki lamour blese ti les par deryer.
Nou de nou ti enseparab,
To ti kontan mwa, mo ti kontan twa.
Me lavi kas bag de dimoun senser
Dousma-dousma san fer okenn tapaz.
E bann vag efas bann tras lor disab
Ki lamour blese ti les par deryer…
Fey sek ti tale lor later fertil,
Ek so souvenir, ek so bann regre
Me mo lamour trankil ek fidel
Gard so sourir, dir lavi mersi
Ayo mo ti kontan twa! Ala to ti zoli la!
Pa kapav bliye, gate!
Sa lepok la, bap, lavi ti dan gou
E soley pa ti perdi so kara.
Tomem ti mo bieneme
Non, non, non mo pa regrete
Sante ki to ti pe sant ar mwa
Finn kol dan mo zorey pou toultan.

DÉJEUNER DU MATIN

Il a mis le café
Dans la tasse
Il a mis le lait
Dans la tasse de café
Il a mis le sucre
Dans le café au lait
Et il a reposé la tasse
Sans me parler
Il a allumé
Une cigarette
Il a fait des ronds
Avec la fumée
Il a mis les cendres
Dans le cendrier
Sans me parler
Sans me regarder
Il s’est levé
Il a mis
Son chapeau sur sa tête
Il a mis
Son manteau de pluie
Parce qu’il pleuvait
Et il est parti
Sous la pluie
Sans une parole
Sans me regarder
Et moi j’ai pris
Ma tête dans ma main
Et j’ai pleuré.

NASTA

Li ti vers kafe
Dan so tas
Li ti met dile
Dan so tas kafe
Li ti met disik
Dan kafeole
Li ti poz tas vid
San dir enn mo
Li ti alim
So sigaret
Fer bann tiserk
Ar lafime
Ti zet lasann
Dan sandriye
San dir enn mo
San mem get mwa
Li ti leve
Li ti met
So sapo lor latet
Li ti met
So pardesi
Parski lapli ti pe tonbe
E li ti ale
Dan lapli
San dir enn mo
San mem get mwa
E mwa mo ti
Trap mo latet
Plore.

LE TEMPS PERDU

Devant la porte de l’usine
le travailleur soudain s’arrête
le beau temps l’a tiré par la veste
et comme il se retourne
et regarde le soleil
tout rouge tout rond
souriant dans son ciel de plomb
il cligne de l’œil
familièrement
Dis donc camarade Soleil
tu ne trouves pas
que c’est plutôt con
de donner une journée pareille
à un patron ?

PERT-TAN

Divan laport lizinn
zouvriye la aret sek
zoli letan ris so lamans
e ler li tourne pou gete
soley may so lizie
soley ron ek kler
ki pe riye dan lesiel ble elektrik
li pez lizie ar soley
so dalon
E kamwad Sourrya
eski li
pa kouyon sa
gaspiy enn letan koumsa
dan prizon patron?

LE CANCRE

Il dit non avec la tête
Mais il dit oui avec le coeur
Il dit oui à ce qu’il aime
Il dit non au professeur
Il est debout
On le questionne
Et tous les problèmes sont posés
Soudain le fou rire le prend
Et il efface tout
Les chiffres et les mots
Les dates et les noms
Les phrases et les pièges
Et malgré les menaces du maître
Sous les huées des enfants prodiges
Avec des craies de toutes les couleurs
Sur le tableau noir du malheur
Il dessine le visage du bonheur.

KATAR

So latet dir non
Me so leker dir wi
Kan li kontan twa li dir wi
Me ar so profeser li dir non
Li pe dibout
Kestion par tonn
Pe tom lor li
Enn kou, ala li koumans riye, riye mem
Tou fonn
Sif ek mo
Dat ek nom
Fraz ek piez
Profeser menase
Zanfan doue pipe
Ar lakre kouler larkansiel
Lor tablo nwar kouver ar fiel
Li desinn sourir dan ble lesiel.
13.11.11

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.