SELEXION POEM RENÉE VIVIEN VOL 2

©DEV VIRAHSAWMY FOUNDATION – The Management Company of the Foundation is OCORIAN,  6th Floor, Tower A, 1 Cybercity, Ebène, Mauritius.

SOURS: 10 recueils de poèmes – Renée Vivien – Kindle ebook

RENÉE VIVIEN

Born Pauline Mary Tarn (11 June 1877 – 18 November 1909), was a British poet who wrote in French, in the style of the Symbolistes and the Parnassiens. A high-profile lesbian in the Paris of the Belle Époque, she was as notable for her lifestyle as for her work, which has received more attention following a recent revival of interest in Sapphic verse. Many of her poems are autobiographical, reflecting a life of extreme hedonism, leading to early death. She was the subject of a pen-portrait by her friend Colette.
(From Wikipedia, the free encyclopedia)

VERS D’AMOUR

Tu gardes dans tes yeux la volupté des nuits,
Ô Joie inespérée au fond des solitudes !
Ton baiser est pareil à la saveur des fruits
Et ta voix fait songer aux merveilleux préludes
Murmurés par la mer à la beauté des nuits.

Tu portes sur ton front la langueur et l’ivresse,
Les serments éternels et les aveux d’amour,
Tu sembles évoquer la craintive caresse
Dont l’ardeur se dérobe à la clarté du jour
Et qui te laisse au front la langueur et l’ivresse.

POEM LAMOUR

Ena dan to lizie sansialite aswar,
O lazwa pa atann dan lakav solitid!
To labous ena gou parfen fri donn lespwar;
To lavwa fer mwa pans bann merveye prelid
Ki lamer mirmire pou selebre aswar.

Lor to figir ena nisa melankolik,
Bann serman eternel, deklarasion lamour;
To demars pe sigzer bann douser dramatik
Ki perdi so kara ar lalimier lizour
Me ki les lor figir nisa melankolik.

ÉPITAPHE

Doucement tu passas du sommeil à la mort,
De la nuit à la tombe et du rêve au silence,
Comme s’évanouit le sanglot d’un accord
Dans l’air d’un soir d’été qui meurt de somnolence.
Au fond du Crépuscule où sombrent les couleurs,
Où le monde pâli s’estompe au fond du rêve,
Tu sembles écouter le reflux de la sève
Murmurer, musical, dans les veines des fleurs.
Le velours de la terre aux caresses muettes
T’enserre, et sur ton front pleurent les violettes.

EPITAF

Dousma-dousma somey ti rant dan permanans;
Nwar aswar dan kavo fer silans ranplas rev
Parey kouma konplent enn violon dan balans
Ki pe fonn dan labrim marenwar so sedev.
Kan labrim pe leve, bann kouler pe sonbre,
Kan lemonn san kouler perdi form dan kosmar,
Twa to donn lenpresion se twa ki so kanbar
Ki pe tann lamizik dan fon leternite.
Later se to linsel ki ploy twa dan kares
Pandan ki fler kouler pe anons lasesres.

FEUILLES SUR L’EAU

L’onde porte le poids des feuilles en détresse.
Elles flottent au fil du courant… L’air est doux…
Allons à la dérive… Errons, ô ma Maîtresse,
Languissamment, au gré du fleuve ardent et roux.

Le fleuve ensanglanté des feuilles en détresse
Nous entraîne… Les cieux ont le regret du jour
Dans leurs mauves éteints… Errons, ô ma Maîtresse,
Tristes d’avoir perdu le désir de l’amour.

L’onde entraîne, parmi les feuilles en détresse,
Nos rêves sans audace et nos pâles soupirs…
Oublions le déclin de l’heure, ô ma Maîtresse,
Et rallumons en nous les fervents souvenirs.

FEY LOR DILO

Dilo pe sarye bann fey sek abandone.
Ala zot flot isi, flot laba san traka.
Lavi paret dan gou. Dir mwa kifer nou de
Nou ‘si pa fer laplans, les dilo fer lalwa.

Larivier kolorye par fey abandone
Sarye nou … Get lesiel kouma tris, san palet;
Lamor finn trap penso … Dir mwa kifer nou de
Nou pa al vakarne, aret kasiet defet.

Ler dilo pe sarye fey sek abandone,
Li pe ris nou bann rev dan tourbiyon gabzi …
Avoy promne gate! Dir mwa kifer nou de
Nou pa kapav alim laflam ki nou santi.

LE TOUCHER

Les arbres ont gardé du soleil dans leurs branches.
Voilé comme une femme, évoquant l’Autrefois,
Le crépuscule passe en pleurant… Et mes doigts
Suivent en frémissant la ligne de tes hanches.

Mes doigts laborieux s’attardent aux frissons
De ta chair sous la robe aux douceurs de pétale…
L’art du toucher, complexe et curieux, égale
Le rêve des parfums, le miracle des sons.
Je suis avec lenteur le contour de tes hanches,
Tes épaules, ton col, tes seins inapaisés.
Mon désir délicat se refuse aux baisers :
Il effleure et se pâme en des voluptés blanches.

DWATE

Bann pie finn gard saler soley dan zot bann brans.
Voile kouma bann fam dan kiltir bien lontan,
Krepiskil pe traverse ar larm dan divan;
Letansa mo ledwa swiv kontour to laans.

Mo lame tras kares zantiman ar dwate
Anba rob lor lapo frisone kouma’nn fler …
Mo ledwa artistik pianot bann tous kouler
Ki aroz ar parfen ek armoni leze.
Dousman mo swiv kontour to laans, to lakwis,
To deryer, to ledo, to likou, to pwatrinn.
Mo dezir li pa zis lapeti manz to minn:
Li rod sansasion for enn delis mil zepis.

SONNET À L’ANDROGYNE

Ta royale jeunesse a la mélancolie
Du Nord où le brouillard efface les couleurs,
Tu mêles la discorde et le désir aux pleurs,
Grave comme Hamlet, pâle comme Ophélie.

Tu passes, dans l’éclair rouge de la folie,
Comme Elle, prodiguant les chansons et les fleurs,
Comme Lui, sous l’orgueil dérobant tes douleurs,
Sans que la fixité de ton regard oublie.
Souris, Amante blonde, ou rêve, sombre Amant,
Ton être double attire, ainsi qu’un double aimant,
Et ta chair brûle avec l’ardeur froide d’un cierge.

Mon cœur déconcerté se trouble, quand je vois
Ton front pensif de prince et tes yeux bleus de vierge,
Tantôt l’Un, tantôt l’Autre, et les Deux à la fois.

SONET POU ENN ANDROZINN

To lazenes rwayal sarye melankoli
Ki sorti dan Albion kot brouyar touf kouler;
To konn petri konfli ek dezir ar soufer;
Parfwa grav kouma Prens, parfwa pal Orfeli.

Parfwa to bienneme Prens Hamlet, tok-tok net;
To sant sante sorti dan to lavi pase;
To distribiye fler ki senboliz pese.
Parfwa enn entwision fer twa vinn Prens Hamlet;
Parfwa sourir amant, parfwa boude aman;
To ena de natir parey kouma leman;
To bril so, to bril fre, vadire labouzi.

Mo dekouyone, bap!: Timama enn trannkat,
Timama enn trannsenk. Arjouna! Dropadi!
Enn kou enn! Enn kou lot! Napeyna jatpat!

CHANSON

Du ciel poli comme un miroir
Pleuvent les langueurs enflammées,
Et nous suivons, au cœur du soir,
L’irréel essor des fumées.

J’adore tes gestes meurtris
Et tes prunelles embrumées…
Tu regrettes… Dans tes yeux gris
Passent et meurent des fumées…

SANTE 1

Depi lesiel glase dinwar
Enn pares dou dife desann,
E twa ek mwa dan tar aswar
Nou swiv miraz ki’nn vinn lasann.

Mo admir to mouvman egri,
To lizie ki naz dan brouyar …
To’ena regre … to lizie gri
Get lasann fer so senn vantar.

AIGUES-MARINES

Des gouttes d’eau, de l’eau de mer,
Mêlent leur lumière fluide,
Pâle comme les flots d’hiver,
À tes longs doigts d’Océanide.

Comment décrire le secret
De leurs pâleurs froides et fines ?
Ton regard vert semble un reflet
Des cruelles aigues-marines.
Ton corps a l’imprécis contour
Des flots souples aux remous vagues,
Et tes attitudes d’amour
Se déroulent, comme les vagues.

AKWAMARINN

Detrwa ti gout dilo lamer
Melanz zot lalimier likid,
Pal-pal kouma dilo liver,
Ar to ledwa fe entrepid.

Ar ki parol kapav eple
Enn bote fre, glase ek finn?
To regar ver li enn refle
Kriyote dan akwamarinn.
Kontour to lekor li pa kler
Kouma mouvman vag lor disab;
To lamour ‘si souvan fer ler,
Dans-danse dan enn pagne krab.

RESSOUVENIR

J’ai bu le vin brûlant de tes lèvres, Atthis…
Ah ! l’enveloppement tenace des étreintes,
Et la complicité des lumières éteintes,
Les rougeurs de la rose et les langueurs du lys !

Dans ta robe ondoyante, imprécise et fluide,
Tu me parais une algue, et ton parfum amer
Évoque savamment ta nudité d’hier
Où ruisselaient tes blonds cheveux de Néréide.

MO RAPEL

Mo rapel diven so to lalev dou ek lis …
Mo rapel kan nou de lekor dan mem kales,
Kan tou bann lalanp finn bes lames dan bobes,
Bann rouz-rouz tou bann roz e pares dan fler lis.

Dan to rob ki fer vag, ki glise, ki frou-frou,
To kouma alg lamer e to parfen tantan
Fer mwa rapel klerman to lekor san vetman,
Long seve dees lor ledo, likou, partou.

CHANSON POUR ELLE

L’orgueil endolori s’obstine
À travestir ton cœur lassé,
Ténébreux comme la morphine
Et le mystère du passé.
Tu récites les beaux mensonges
Comme on récite les beaux vers.
L’ombre répand de mauvais songes
Sur tes yeux d’archange pervers.
Tes joyaux sont des orchidées
Qui se fanent sous tes regards
Et les miroitantes idées
Plus hypocrites que les fards.
Tes prunelles inextinguibles
Bravent la flamme et le soleil…
Et les Présences Invisibles
Rôdent autour de ton sommeil.

ENN SANTE POU LI

Lamourprop blese fer erer
Dan rod degiz leker blese,
Sey morfinn pou bliye douler,
Bliye seki lour pou sarye.
To rabas enn filwar manti
Vadire pe deklam ver lib.
Koze manti ena so pri,
Pa kapav fabrik lekilib.
To bann bizou zot kouma fler
Ki pe fletri dan to gete;
To bann proze gran kouyoner
Pa pou makiy realite.
Kapav lizie deklar fanor,
Pa per dife, pa per soley …
Me sir ena ki plis ki for
Dan ant to rev ek kas somey.

LA MAUVAISE AUBERGE

Le monde inhospitable est pareil à l’auberge
Où l’on vit mal, où tout est mal, où l’on dort mal…

Et, pendant que le cri des femmes se prolonge,
Je cherche le Palais Impossible du Songe.
Je fais, dans cette auberge, un modeste repas
En songeant à ce qui pourrait être… et n’est pas…

LOTEL BADGAM

Enn lavi san lamour li enn lotel badgam
Kot nanye pa marse, ni lasam, ni meni …

Letan soufrans bann fam pe fouy tom akote
Mo kontinie rode enn Sato Kontdefe.
Dan sa lotel badgam mo sey trouv enn lizour
Me li pa pou posib … fabrik rev toulezour …

L’HEURE

Voici l’inévitable et terrible moment
Où mon destin s’écrit inévitablement.
Une muette horreur m’envahit et m’accable
Devant le calme front de l’Heure inévitable
Il ne me reste plus l’élan d’un jeune espoir…
Sans force et sans ardeur, je m’abandonne au soir.
Je n’entends plus le luth ni la musicienne
Ni le jour glorieux… Ah ! que la fin survienne !…

SO LER

Mo kone aster mo ler finn vini;
Seki pe vini, pa kapav tini.
Mo kone mo per, pa kapav fer zwer
Kan inevitab finn swazir so ler.
Bizen axepte zenes nepli la
Pou fer rezistans kont bel-bel bala.
Ni lakor, ni lavwa pa pe tande,
Ni tropet viktwar … Mo pare Bondie! …

SOLITUDE NOCTURNE

Ô l’horreur d’être seule au profond de la nuit
Dans l’effroi du futur et de l’instant qui fuit !
Instant au front hagard ! Présence de la Nuit !

Voici que se réveille en mon cœur la rancœur
La rancœur endormie au profond de mon cœur !
Je ne puis étouffer cette ancienne rancœur.
Et j’écoute le bruit monotone des flots
En y mêlant le bruit d’intérieurs sanglots.
La douleur de jadis pleure comme les flots.

ASWAR DAN NWAR TOUSEL

Ayo mama! Aswar tousel dan nwar fer per.
Ki ena pli divan kan segonn, minit, er
Koul net dan trou nwar ki pe aval lalimier?

Kifer zis aster amer pe nway mo leker;
Egrer yer ki ti kal dan rekwen mo terer,
Aster pe fer fezer, miltipliye ranker.
E delwen, koumadir, mo tann dilo koule,
Larm silans pe plore, mouy desten limite.
Mo sagren lepase pa’le souy mo lizie.

PRÉSENCE

Ta présence me donne une heure de jeunesse,
Il me semble que mon mal se ralentit, puis cesse,
Car c’est toi mon bonheur et c’est toi ma jeunesse !
Ô parfum de ta robe ! Ô fraîcheur de ton front !
Jamais les cruels temps futurs n’obscurciront
Cette douce clarté de tes yeux, de ton front !
Tu m’apportes ta voix, ta présence et ton rire,
Et je t’attends, je te contemple, et je t’admire.
En moi rayonne encor la splendeur de ton rire !
Sous le rayonnement solaire de tes yeux,
Ô jeune et belle autant que le furent les dieux !
Il me semble oublier mon cœur qui se fait vieux !

PREZANS

Kan to la mo lamour, mo santi pe reviv;
Koumadir mo problem nepli pe kapav swiv
Parski kan twa to la mo lazenes reviv.
Kouma to santi bon! Get freser lor to fron!
Fer seki li anvi, letan konplis Kharon
Pa fouti aboli lalimier lor to fron.
Mersi to finn vini; to prezans, to saler,
To bote, to bonte fer zanfan Lisifer
Gagn latet, tik-tike; zot gagn per to saler.
To lizie zot kouma soley ki pe briye,
O Zenes, O Bote ki fer bondie boude,
To pe fer mwa bliye ki mwa mo finn vinn vie.

À L’ENNEMIE AIMÉE

Tes mains ont saccagé mes trésors les plus rares,
Et mon cœur est captif entre tes mains barbares.
Tu secouas au vent du nord tes longs cheveux
Et j’ai dit aussitôt : Je veux ce que tu veux.
Mais je te hais pourtant d’être ainsi ton domaine,
Ta serve… Mais je sens que ma révolte est vaine.
Je te hais cependant d’avoir subi tes lois,
D’avoir senti mon cœur près de ton cœur sournois…
Et parfois je regrette, en cette splendeur rare
Qu’est pour moi ton amour, la liberté barbare…

ENNMI ADORE

To lame finn detrir mo trezor espesial,
Mo leker prizonie dan lazol lame sal.
Kan to ti vann-vann to seve long dan divan
Mo ti dir spontane: to dezir, mo galan.
Me konpran, mo ay twa; to’nn fer mwa vinn esklav
To servant … Me pa kwar kas lasenn mo kapav.
Mo redir, mo ay twa. To enpoz to lalwa;
Mo leker sibaltern rod pou twa ki sournwa…
Parfwa mo regrete, mem mo realize
Mo lamour espesial, mo’nn perdi liberte …

PRIÈRE AUX VIOLETTES

Sous la protection humble des violettes
Je remets les soupirs et les douleurs muettes
Qui viennent m’assiéger ce soir… Ce trop beau soir !…
Dans cet effondrement du final désespoir
Leur parfum est semblable aux prières des Saintes…
Ô fleur entre les fleurs ! Ô violettes saintes !
Lorsque enfin, en un temps, s’arrêtera mon cœur
Las de larmes, et tout enivré de rancœur,
Qu’une pieuse main les pose sur mon cœur !
Vous me ferez alors oublier, Violettes !
Le long mal qui sévit dans le cœur des poètes…
Je dormirai dans la douceur des violettes !

LAPRIYER POU VIOLET

O violet, rar, timid, ouver to parapli
Pou kalme mo soufrans ki depi azordi
Pe devers lor mo nam mil regre. Pa fasil!
Ler tou pe al kraze, dezespwar pe tap pil,
Parfen bouke violet li lapriyer bann sen …
Fler ki pli fler ki fler! O parfen violet sen!
Kan mo ler arive, leker pe arete,
Pa so ler pou plore; regre pe dirize,
Mo zis espere ki kikenn poz enn violet
Lor mo leker sagren ki pe kit so Violet
Pou ki nou tou rapel martir tou bann poet …
Lerla les mo dormi lor enn tapi violet!

25.07.2017

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.