DETRWA SANTE JEAN FERRAT AN MORISIEN

©DEV VIRAHSAWMY AND ICJM

SOURS: https://www.letssingit.com/jean-ferrat-7g4v8/albums

01. C’EST TOUJOURS LA PREMIÈRE FOIS

Enfin enfin je te retrouve, toi qui n’avais jamais été
Qu’absente comme jeune louve ou l’eau dormante au fond des douves
S’échappant au soleil d’été

Tu peux m’ouvrir cent fois les bras, c’est toujours la première fois

Absente comme souveraine qu’on voit entre deux haies passer
O toi si proche et si lointaine, dès que l’amour file sa laine
Entre nos doigts désaccordés

Tu peux m’ouvrir cent fois les bras, c’est toujours la première fois

La faim de toi qui me dévore me fait plier genoux et bras
Je n’aurais pas assez d’amphore, ni de mots encore et encore
Pour y mettre son terme bas

Tu peux m’ouvrir cent fois les bras, c’est toujours la première fois

La soif de toi par quoi je tremble, ma lèvre à jamais desséchée
Mon amour qu’est-ce qu’il t’en semble, est-ce de vivre ou non ensemble
Qui pourra m’en désaltérer

Tu peux m’ouvrir cent fois les bras, c’est toujours la première fois

L’amour de toi par quoi j’existe n’a pas d’autre réalité
Je ne suis qu’un nom de ta liste, un pas que le vent sur la piste
Efface avant d’avoir été

Tu peux m’ouvrir cent fois les bras, c’est toujours la première fois.

KOUMADIR SAMEM PREMIE FWA

Anfen, anfen nou pe rezwenn, twa gate ki anverite
Zame ti’ale mem si fer senn kouma papiyon tabardenn
Ki al kasiet soley lete.

Mem to pran mwa plis ki san fwa, koumadir samem premie fwa.

To parey kouma prezidan enspekte parad de kote,
Prezan ek absan anmemtan kan lamour pe rod so aksan
Dan nou kares dezakorde.

Mem to pran mwa plis ki san fwa, koumadir samem premie fwa.

Mo dezir ar twa fer koustik, kabos zenou, kabos lebra
Napa ena ase barik, ase lirik ki dramatik
Pou tengn dife ki pe bril mwa.

Mem to pran mwa plis ki san fwa, koumadir samem premie fwa.

Pasion pou twa donn tarrtarri, mo labous sek pe rod wazis
Mo lamour, vit-vit dir mwa wi; komie letan mo pou res kri
San gout dan lasours to delis.

Mem to pran mwa plis ki san fwa, koumadir samem premie fwa.

San to lamour mo enn joukal ki pa kone ki bizen fer
Mo enn toutouk, enn barrtann sal, enn vie fey touni dan rafal
Ki finn perdi tou so reper.

Mem to pran mwa plis ki san fwa, koumadir samem premie fwa.

02. C’EST BEAU LA VIE

Le vent dans tes cheveux blonds, le soleil à l’horizon
Quelques mots d’une chanson, que c’est beau, c’est beau la vie
Un oiseau qui fait la roue sur un arbre déjà roux
Et son cri par dessus tout, que c’est beau, c’est beau la vie.

Tout ce qui tremble et palpite, tout ce qui lutte et se bat
Tout ce que j’ai cru trop vite à jamais perdu pour moi
Pouvoir encore regarder, pouvoir encore écouter
Et surtout pouvoir chanter, que c’est beau, c’est beau la vie.

Le jazz ouvert dans la nuit, sa trompette qui nous suit
Dans une rue de Paris, que c’est beau, c’est beau la vie.
La rouge fleur éclatée d’un néon qui fait trembler
Nos deux ombres étonnées, que c’est beau, c’est beau la vie.

Tout ce que j’ai failli perdre, tout ce qui m’est redonné
Aujourd’hui me monte aux lèvres en cette fin de journée
Pouvoir encore partager ma jeunesse, mes idées
Avec l’amour retrouvé, que c’est beau, c’est beau la vie.
Pouvoir encore te parler, pouvoir encore t’embrasser
Te le dire et le chanter, oui c’est beau, c’est beau la vie.

LAVI ZOLI

Divan dan seve frengan, soley pa rod paravan
Parol enn sante lontan, li zoli, lavi zoli
Enn zwazo lao-lao ranz so nik lor pie koko
So sante pa konn defo, li zoli, lavi zoli.

Tou seki bouze, vibre, tou seki zame kile
Tou seki dan mo krwayans zame pa pou retourne
Tank lizie ankor trouve, e zorey ankor tande
Tank kapav ankor sante, li zoli, lavi zoli.

Kan lamizik Ernest Wiehe pe soufle ler prefere
Dan lari lavil Porlwi, li zoli, lavi zoli
Kan rouz boukiebanane dir nou pa dekouraze
Parski lavi kontinie, li zoli, lavi zoli.

Tou seki mo finn perdi, tou seki mo finn gagne
Zordi ape revini ler soley pe al kouse
Kan kapav ankor done, mo lafors ek mo lide,
Kan lamour pa pe boude, li zoli, zoli lavi.
Kan ankor kapav koze, ankor anvi anbrase
Dir tousa ar melodi, li zoli, zoli lavi.

03. POTEMKINE

M’en voudrez-vous beaucoup si je vous dis un monde
Qui chante au fond de moi au bruit de l’océan
M’en voudrez-vous beaucoup si la révolte gronde
Dans ce nom que je dis au vent des quatre vents

Ma mémoire chante en sourdine, Potemkine

Ils étaient des marins durs à la discipline
Ils étaient des marins, ils étaient des guerriers
Et le cœur d’un marin au grand vent se burine
Ils étaient des marins sur un grand cuirassé

Sur les flots je t’imagine, Potemkine

M’en voudrez-vous beaucoup si je vous dis un monde
Où celui qui a faim va être fusillé
Le crime se prépare et la mer est profonde
Que face aux révoltés montent les fusiliers

C’est mon frère qu’on assassine, Potemkine

Mon frère, mon ami, mon fils, mon camarade
Tu ne tireras pas sur qui souffre et se plaint
Mon frère, mon ami, je te fais notre alcade
Marin ne tire pas sur un autre marin

Ils tournèrent leurs carabines, Potemkine

M’en voudrez-vous beaucoup si je vous dis un monde
Où l’on punit ainsi qui veut donner la mort
M’en voudrez-vous beaucoup si je vous dis un monde
Où l’on n’est pas toujours du côté du plus fort

Ce soir j’aime la marine, Potemkine.

POTEMKINN

Eski to pou manga si mo vinn rakonte
Seki ti arive dan enn lot kontinan?
Eski to pou manga si lasenn pe kase
Abor bato lager zenerasion avan?

Mo memwar pe sant ansourdinn, Potemkinn

Zot ti bann gran maren ar disiplinn larme
Zot ti bann gran maren, bann gran gerye osi
Leker maren anmer vinn dir kouma lasie
Zot ti bann gran maren lor navir Larisi

Mo limazinasion fer vizion Potemkinn

Eski to pou manga si mo vinn rakonte
Ki dimoun ki gagn fen pou gagn kout bal fizi
Enn pouvwar kriminel finn fini deside
Anfas swaf dinite fizi ki pou dir wi

Zot pe touy mo frer abor navir Potemkinn

Mo gran frer, mo garson, kamarad, konpagnon
Pa servi to fizi kont dimoun dan soufrans
Mo gran frer, kamarad, to merit gagn galon
Pa ekout diktater, pa res dan ignorans

Zot ti refiz touy zot frer abor Potemkinn

Eski to pou manga si mo vinn rakonte
Kan ena diktatir mitinnri neseser
Eski to pou manga si mo vinn rakonte
Seki for pavedir ena drwa dominer

To reprezant lespwar, maren lor Potemkinn

04. C’EST SI PEU DIRE QUE JE T’AIME

Comme une étoffe déchirée, on vit ensemble séparés
Dans mes bras je te tiens absente et la blessure de durer
Faut-il si profond qu’on la sente, quand le ciel nous est mesuré
C’est si peu dire que je t’aime

Cette existence est un adieu et tous les deux nous n’avons d’yeux
Que pour la lumière qui baisse, chausser des bottes de sept lieues
En se disant que rien ne presse, voilà ce que c’est qu’être vieux
C’est si peu dire que je t’aime

C’est comme si jamais, jamais, je n’avais dit que je t’aimais
Si je craignais que me surprenne, la nuit sur ma gorge qui met
Ses doigts gantés de souveraine, quand plus jamais ce n’est le mai
C’est si peu dire que je t’aime

Lorsque les choses plus ne sont qu’un souvenir de leur frisson
Un écho de musique morte demeure la douleur du son
Qui plus s’éteint plus devient forte, c’est peu des mots pour la chanson
C’est si peu dire que je t’aime et je n’aurai dit que je t’aime.

KONTAN TWA PA KOZ ASE FOR

Kouma enn latwal desire, nou viv ansam me separe
Kan mo antour twa absan dan mo lebra, li dir, gate
Plis mo konstat grander lesiel, plis mo tristes li ogmante
Kontan twa pa koz ase for

Sa lavi la pe dir salam e toulede nou konsantre
Lor lalimier ki pe sonbre mem si nou lespri vwayaze
Nou rod exkiz pou pa rode, nou dir sirman laz apiye
Kontan twa pa koz ase for

Li koumadir zame-zame mo pa finn dir mo kontan twa
Koumadir mo pa ti ole ki aswar vinn pou trangle mwa
Ar so de lame ki vantar kan lete fer katakata
Kontan twa pa koz ase for

Kan bann kiksoz zot finn zis vinn enn souvenir seki ti yer
Eko enn lamizik bliye fer nou rapel douler fezer
Ki plis ale vinn plis koryas, lerla parol koul dan deler
Kontan twa pa koz ase for; kifer pou dir mo kontan twa

05. AIMER À PERDRE LA RAISON

Aimer à perdre la raison, aimer à n’en savoir que dire
À n’avoir que toi d’horizon et ne connaître de saisons
Que par la douleur du partir, aimer à perdre la raison

Ah c’est toujours toi que l’on blesse
C’est toujours ton miroir brisé, mon pauvre bonheur, ma faiblesse
Toi qu’on insulte et qu’on délaisse dans toute chair martyrisée

Aimer à perdre la raison, aimer à n’en savoir que dire
À n’avoir que toi d’horizon et ne connaître de saisons
Que par la douleur du partir, aimer à perdre la raison

La faim, la fatigue et le froid
Toutes les misères du monde, c’est par mon amour que j’y crois
En elle, je porte ma croix et de leurs nuits, ma nuit’se fonde

Aimer à perdre la raison, aimer à n’en savoir que dire
À n’avoir que toi d’horizon et ne connaître de saisons
Que par la douleur du partir, aimer à perdre la raison.

LAMOUR KI PA KONE KIFER

Lamour ki pa kone kifer, lamour ki pa konn alfabet
Kan li vinn tou dan liniver, pa konn lete, pa konn liver
Separasion fer nou vinn bet, lamour ki pa kone kifer

Toultan se twa ki ramas bez
Se to laglas ki al kraze, mo boner dan pens lor labrez
Twa ki sibir ensilt par lez, soufer martir tou kalite

Lamour ki pa kone kifer, lamour ki pa konn alfabet
Kan li vinn tou dan liniver, pa konn lete, pa konn liver
Separasion fer nou vinn bet, lamour ki pa kone kifer

Lafen, fatig, freser liver
Tou bann maler dan nou lavi atraver lamour zot vinn kler
Grasa lamour mo gagn leker fer fas fernwar ek tilespri

Lamour ki pa kone kifer, lamour ki pa konn alfabet
Kan li vinn tou dan liniver, pa konn lete, pa konn liver
Separasion fer nou vinn bet, lamour ki pa kone kifer

06. LA FEMME EST L’AVENIR DE L’HOMME

Le poète a toujours raison, qui voit plus haut que l’horizon
Et le futur est son royaume
Face à notre génération, je déclare avec Aragon
La femme est l’avenir de l’homme

Entre l’ancien et le nouveau, votre lutte à tous les niveaux
De la nôtre est indivisible
Dans les hommes qui font les lois, si les uns chantent par ma voix
D’autres décrètent par la bible

Le poète a toujours raison, qui détruit l’ancienne oraison
L’image d’Eve et de la pomme
Face aux vieilles malédictions, je déclare avec Aragon
La femme est l’avenir de l’homme

Pour accoucher sans la souffrance, pour le contrôle des naissances
Il a fallu des millénaires
Si nous sortons du moyen âge, vos siècles d’infini servage
Pèsent encor lourd sur la terre

Le poète a toujours raison, qui annonce la floraison
D’autres amours en son royaume
Remet à l’endroit la chanson et déclare avec Aragon
La femme est l’avenir de l’homme

Il faudra réapprendre à vivre, ensemble écrire un nouveau livre
Redécouvrir tous les possibles
Chaque chose enfin partagée, tout dans le couple va changer
D’une manière irréversible

Le poète a toujours raison, qui voit plus haut que l’horizon
Et le futur est son royaume
Face aux autres générations, je déclare avec Aragon
La femme est l’avenir de l’homme.

SE FAM KI LAVENIR IMEN

Se bann poet ki gagn konpran, ki chombo lot kote brizan
E dan dime zot plis dan bien
Mo dir mo bann pa fer kouyon, ekout Aragon so zizman
Se fam ki lavenir imen

Depi koumansman nou istwar fam pe lite kont marenwar
Me nou bann zom nou’nn res katar
Nou finn devlop pouvwar razwar, si detrwa ekout Aragon
Laplipar prefer bwar pisar

Se bann poet ki finn trouv kler, ki’nn dekouver trik bann manter
Pese Ev dan premie zarden
Pa ekout bann roderdeler, ekout plito Ton Aragon
Se fam ki lavenir imen

Bizen soufer pou donn nesans, enn pese sa kontrol nesans
San-t-an, mil an pe manz margoz
Reflex barbar ankor vantar malgre nou kwar nou bann grannwar
Nou dir nou drwa se kas enn poz

Se bann poet ki pe koz vre kan zot konpoz bann zoli sante
Pou selebre lamour san lien
Zot dres bann pie ki pous traver, zot tann seki Aragon dir
Se fam ki lavenir imen

Nou bizen viv nouvo lavi, met dan later nouvo boutir
Kraz bann baraz dan peizaz
Touy egoism ek gourmandiz, anou ansam plant dan kiltir
Solidarite ek partaz

Se bann poet ki gagn konpran, ki chombo lot kote brizan
E dan dime zot plis dan bien
Mo dir mo bann pa fer kouyon, ekout Aragon so zizman
Se fam ki lavenir imen

19.07.2017

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.